Arrivée chez les Indiens Paresi

Après un séjour chez les Indiens Kayapo et auprès du chef Raoni dont nous archivons les mémoires depuis plusieurs années déjà, Emilie Barrucand s’est rendue chez les Indiens Paresi qui vivent également dans l’état du Mato Grosso, en Amazonie brésilienne. Elle a terminé avec eux la rédaction d’un livre en langue Paresi pour la sauvegarde

Dans le village Kayapo de Metuktire.

Emilie est de retour chez les Kayapo pour continuer un travail d’archivage auquel elle s’adonne depuis plusieurs années déjà. Il permettra aux jeunes générations de sauvegarder la mémoire de leurs Anciens et de préserver leur culture et leur mode de vie traditionnels. Une fête de confirmation de noms bat son plein dans le village…

Dans l’état du Mato Grosso…

Le chef des Indiens Paresi « Rony » au milieu d’un champ de soja. Cette photo a été prise, l’année dernière, lors du tournage du documentaire « Parmi Les Hommes-Amazonie » qu’Emilie Barrucand a écrit, et qui a été diffusé sur France Ô l’été dernier (réalisé par Laurent Ramamonjiarisoa). Le chef Rony est au milieu d’un champ de soja

Mon documentaire sur les indiens Paresi sera diffusé le 28 juillet à 22h45 sur FranceO

Cliquez sur l’image pour rejoindre l’évènement sur Facebook et le faire connaître à vos amies et amis. Bonjour, Je vous annonce la diffusion, la semaine prochaine, dimanche 28 juillet, des 2 premiers épisodes d’un documentaire que j’ai écrit sur les Indiens Paresi. Les Paresis vivent au Brésil, dans l’état du Mato Grosso, en Amazonie légale.

Dernières nouvelles…

Bonjour, Je suis au Brésil depuis le mois de février. Je me suis tout d´abord rendue chez les Indiens Kayapo afin de faire le point sur notre projet de préservation de leur culture. Nous avons retravaillé, avec un nouvel architecte, le projet de Centre de Préservation de la Culture Kayapo afin que ce dernier soit

la CIDH demande l’arrêt de la construction…

Brésil: la CIDH demande l’arrêt de la construction du barrage de Belo Monte
(AFP) – 05/04/2011

WASHINGTON – La Commission inter-américaine des droits de l’homme (CIDH) a demandé au Brésil la suspension immédiate de la construction du barrage de Belo Monte et que soit lancé un processus de consultation auprès des populations indigènes, a indiqué mardi l’organisme.

« La CIDH demande au gouvernement brésilien la suspension immédiate du processus d’appel d’offres du projet de centrale hydroélectrique de Belo Monte », en Amazonie, explique l’organisme dans un communiqué dont l’AFP a obtenu copie.

Parallèlement, dans un arrêt non-contraignant daté du 1er avril que la CIDH a divulgué mardi, la Commission demande à Brasilia d’adopter des « mesures préventives » en faveur d’une douzaine de tribus indigènes, dont certaines vivent en autarcie dans le bassin du fleuve Xingu, au cœur de la forêt tropicale amazonienne.